Submit feedback

Espace Membre

Logo du site

Les Sentiers du Patrimoine et l’Europe

 

L’Europe tient une part importante dans le développement des Sentiers du Patrimoine.

D’une part en finançant au titre du FEADER, avec la CTC et l’Etat les travaux de restauration des Sentiers, la Signalétique et la Maîtrise d’œuvre d’opération.
D’autre part, en permettant l’échange avec les partenaires Européens de bonnes pratiques en matière d’inventaire, de formation, d’animation, de communication et en facilitant les mobilités et l’accessibilité au patrimoine matériel et immatériel.

REPS

Réseau Européen de la Pierre Sèche qui a permis de travailler sur l’inventaire, la formation et le développement local.
11 partenaires.

http://www.conselldemallorca.net/mediambient/reps

TRIMED

Trilogie Méditerranéenne sur le Blé, l’Olivier et la Vigne.
6 partenaires.

http://www.conselldemallorca.net/trimed

TCAST

Transfert de Compétences Acquises et Savoirs Techniques.
4 partenaires
L’objectif principal du projet a été d’expérimenter le transfert intergénérationnel de compétences et de savoirs en voie de disparition dans les métiers de la préservation du patrimoine architectural liés à la pierre sèche.

http://tcast.oec.fr/

ACCESSIT

L’accessibilité au patrimoine matériel et immatériel est le fil conducteur de la démarche « Sentiers du patrimoine ».
C’est également l’objectif du projet ACCESSIT qui a permis la mise en réseau des itinéraires des patrimoines accessibles et d’initier les visites virtuelles et les bornes interactives.
21 partenaires.

http://www.accessit-git.eu/

Pour plus d'informations :

RANDO CULTURE

Site en cours de développement. La valorisation des créations artisanales et artistiques sur les sentiers du patrimoine.
3 partenaires.

http://www.randoculture.eu/

UNE CULTURE DE LA MARCHE

Avant que l’ouverture des routes carrossables ne supplante les chemins, la marche constituait le principal moyen de déplacement. Les hameaux des villages étaient reliés par des sentiers (i chjassi), devenus de nos jours des raccourcis pour éviter d’emprunter la route ; depuis le centre des villages, une ramification de chemins desservait jardins, champs, fontaines, ruisseaux, et l’ensemble du terroir de la communauté. Chaque village disposait aussi d’une communication directe avec la commune la plus proche.
Le réseau des sentiers du patrimoine (i chjassi di a memoria) a pour objectif de faire revivre ces chemins traditionnels qui racontent la vie des villages corses.

Sinament’à a vigilia di a siconda guerra mundiali, i spiazzamenti, pà a maiò parti, si facianu à pedi. Accadia ancu à spessu, d’andà una o dui volti in a stessa ghjurnata, in un paesi alluntanatu da parechji chilometri, pà trattà un’affari o visità a parintia. In quant’à a robba, a carcavanu nant’à muli, avviati in cunvogliu da i famosi mulateri.In ghjinirali pà i battesimi, cumunioni, matrimonii, doli, festi patrunali è rilighjosi, eranu tramutimi maiò. D’altrondi era l’usu, à l’isciuta di a messa, chì ogni famiglia invitessi in casa soia un visitori ; cusì si facia cunniscenza ingiru à u pranzu.

A rilighjoni nant’à i chjassi

Oghji ghjornu, in parechji duminii, a vita paisana hè sempri impastata da a rilighjoni cattolica. Hè scritta issa pietà, in a sacralisazioni di u spaziu, masimu nant’à i chjassi è i circondi di u paesi, induva sò alzati croci è calvarii.

 

  • Retour
  • Format imprimable